lundi 16 octobre 2017

Ma pochette tricotée (avec des broderies)



Le jour tombe vite maintenant, il y a moins de lumière, le froid va arriver. Les mois un peu tristes de l’automne puis de l’hiver vont s’égrainer… Et je sens poindre ma période de flemme : moins de lumière, plus de grisaille, et mille choses à faire à la rentrée. (Avant Noël, je considère que c’est toujours la rentrée !)

J’ai repris mes aiguilles à tricoter pour confectionner une pochette, en choisissant un fil de coton bien vif et acidulé pour faire durer (un peu) l’été indien. Dans quelques temps, je tricoterai de nouveau mes snoods, dans des laines bien chaudes…

On ne se refait pas : je tenais à associer à mon tricot des petites broderies, en appliqué, façon broches, ou bien en fermoir, je ne savais pas exactement comment.



Mélanger tricot et broderie ? 

Pourquoi pas en fait. 
Voici donc les prémices de mon projet : cette trousse-pochette, pour le moment non doublée. Quand je dis « prémices », c'est un peu présomptueux. Si on lit la définition de ce mot (j’adore les dictionnaires), il signifie « Premières manifestations de quelque chose d'important » ! Et il n’y a rien d'important dans un projet au tricot, non ?

Alors, cette pochette...
C’est en fait un grand rectangle tricoté au point de riz (vous savez, une maille endroit, une maille envers tout le rang, puis on décale au rang suivant : 1 maille envers, 1 maille endroit …).
Une fois le rectangle terminé, je l’ai plié en trois et j’ai cousu les côtés sur environ 14 cm, en laissant une partie libre pour le rabat.





J’ai commencé à tricoter cette pochette devant La piscine (le film, pas le lieu où on se dore au soleil, en buvant un mojito).
(Parenthèse : ce film que j’avais tant aimé et que j’ai vu tant de fois, je l’ai trouvé vieilli… Oui, les acteurs sont beaux, mais le film est un peu démodé).

Bref, j’ai tricoté sagement. Et patiemment (le point de riz ne monte pas très vite).

J’avais d’abord pensé à coudre sur le rabat une bande peinte et brodée. J’ai fait plusieurs essais, mais rien ne me satisfaisait. Je voulais coudre l’une de ces bandes horizontalement sur le rabat, comme une sorte de ganse, mais obtenir une régularité en cousant du tissu sur de la maille est difficile. J’ai laissé tomber. Ces bandes, je les utiliserai pour confectionner des bracelets.




J’ai ensuite pensé à appliquer les cercles brodés confectionnés pour mes médailles, comme des badges ou des broches.




Voici quelques essais.




Toujours hésitante, je me suis dit qu'ajouter seulement une languette de tissu allait donner un beau résultat. Oui, mais quelle languette ? Celle-ci ? Celle-là ? Les 3 en même temps ? Cousue au-dessus ou bien au-dessous du rabat ?




Voilà où j’en suis de mes hésitations.




mardi 10 octobre 2017

Médailles brodées (suite)


Encore des médailles, pour faire suite aux créations précédentes
J’aime donner un minimum de sens à ce que je crée. Ces médailles – brodées, cousues, tricotées – me font penser à ceux tous et celles qui méritent une récompense !


Pas pour un acte de bravoure particulier, pas pour s’être illustrés dans une compétition sportive quelconque. Non, pour les gens que l’on croise tous les jours. Ceux ou celles qui ne baissent pas les bras malgré les difficultés, les gentils, les empathiques, les créatifs, ceux qui ont toujours le sourire…




✮ Aux mamans qui courent toute la journée, gèrent mille choses à la fois, mais gardent le sourire.

✮ Aux gens de mon quartier :
  • au responsable de la supérette qui travaille quasiment non-stop, mais avec le sourire.
  • au patron du bar en bas de chez moi, qui rigole avec mon fils depuis qu’il est tout petit, discute de foot avec lui (nul n’est parfait) et est toujours de bonne humeur.
  • à la caissière du monoprix, soûlante quand elle commente chaque achat alors qu’il est 19 h et qu’il y a la queue (C’est quoi, ça ? vous le cuisinez comment ? ça c’est super, j’en ai acheté aussi, et blabla…), mais qui met un peu d’humain à la caisse. Car les dialogues client/caissière le soir, après la journée de travail, se résument souvent à « Vous avez la carte du magasin ? », « oui » « vous payez par carte ? » « oui », « Merci », « Bonne soirée, au revoir »… Alors, avoir une vraie discussion...
  • aux cinéphiles du vidéo-club (oui, oui, je vais au vidéo-club !). qui ont quasiment TOUS les films, même les plus improbables...


✮ Au SDF de la place de la République et sa magnifique voix de stentor (ténor ?). Le matin, entendre chanter c’est chouette (bon, quand il vocifère comme ce matin, c’est beaucoup moins sympa !).

✮ A tous ceux qui s’indignent, ont des convictions, se battent pour un monde plus juste.

 ⭐

Voilà pour mes « dédicaces ».

J’ai utilisé différentes matières et différentes techniques pour confectionner ces petites médailles : tricot, broderie, couture...












De haut en bas et de gauche à droite :
  • Cercle jean :  j'ai brodé des points façon sashiko avec du fil de coton blanc.
  • Cercle noir et blanc : pas de broderie, seule la bordure est brodé de point de feston : 1 rang avec du fil de coton blanc, 1 rang avec du fil de coton noir, etc.
  • Cercle de tricot : point mousse et broderie de fils blancs.
  • Femme à la robe rouge et gros plan oeil : 2 broderies réalisées sur une toile de lin.
  • Le poisson : brodé avec un gros fil de coton sur une toile assez épaisse. Le point de feston est réalisé avec du fil de coton brillant.
  • Femme anglaise : broderie réalisée avec des fils moulinés (1 brin pour chaque couleur).
  • Broderie noir et blanc, réalisée sur une toile de lin et du fil noir. La bordure est brodée de plusieurs rangs de point de feston.
  • Croix sur jean  : 1 rond de jean, avec une croix peinte en blanc, quelques points de broderie et une bordure au point de feston.
  • Femme au foulard : broderie avec des fils moulinés.
  • Femme aux plantes :  broderie avec des fils moulinés.
  • Croix verte : cercle de toile de lin peint et rebrodé
  • The best : en cours de confection : je dois encore coudre les 3 « languettes » ensemble et faire une bordure plus nette. Brodé sur une toile de lin fine avec du fil à coudre noir et 1 brin de fil mouliné pour  les autres coloris.





lundi 9 octobre 2017

Broderies en noir et blanc




Un peu par flemme, mais aussi pour sortir de mon (obsessionnel) style de broderie du moment, j’ai laissé le contour des motifs en noir, sans rien remplir avec des fils de couleurs. Pas de peinture non plus.





Les traits brodés ne sont pas très réguliers (mon point de tige est un peu laborieux), mais j’aime assez le résultat.

Et comme le dessin de la femme avec son col me plaît bien, j’ai repris ce motif pour le mettre en couleur en brodant avec des couleurs assez vives.


Pour le moment, je me contente de broder de petites pièces. En fait, c’est comme si je dessinais, non pas au feutre ou au crayon, mais avec du fil et une aiguille, même s’il manque les nuances, les ombres et les reliefs.

Mon idée de départ, c’était refaire en noir et blanc, les broderies que j’ai déjà réalisées. Mais c’est long. Et, comme toujours, je manque de temps.

Alors, voici un tout petit médaillon où seule la circonférence du rond est brodée (ce sont des points de feston serrés les uns contre les autres), un portrait, un autre cercle un peu incurvé et un rectangle vide qui attend son motif… Et puis le visage d’une femme aux lunettes et au col de laine, mais auquel, je pense ajouter de la couleur…

mardi 3 octobre 2017

Avant/après - nouvelles créations revisitées

Il me reste encore beaucoup de broderies et d’ouvrages textiles que j’ai mis de côté dans l’optique de les reprendre plus tard... Je les redécouvre régulièrement, comme ceux-ci : des yeux brodés sur un morceau de jean et sur un coupon de lin.

Pour ces deux broderies, j’ai accentué les traits noirs pour le contour des yeux, créé une bordure avec du fil de coton mercerisé, pour que cela fasse plus net.


Yeux brodés


Yeux brodés

jeudi 21 septembre 2017

Créativité : retravailler ses créations – avant/après


On dit que le mieux est l’ennemi du bien. C’est un adage qui me parle tout à fait ! Je suis en effet rarement satisfaite de ce que je crée, et j’essaye sans cesse de faire mieux (alors que, déjà, atteindre et surtout maîtriser le « bien » serait suffisant ;)

Mes travaux brodés par exemple.

Souvent, en ajoutant des détails, en essayant de perfectionner des créations qui n’en ont pas forcément besoin, je les déprécie, je rend la lecture compliquée en remplissant inutilement des zones ou en ajoutant des détails et l’œil ne sait plus où se poser… Comme si j’avais peur du vide, du blanc, de l’espace et qu’il fallait absolument remplir.

Trouver d’abord le juste équilibre entre le dessin, les couleurs et la composition, c’est ce qui est le plus difficile. Souvent, je suis contente de mon dessin tracé sur la toile, je trouve les touches de peintures réussies… Mais, une fois la toile recouverte de broderie, les traits se tordent, le fond est trop présent et je suis déçue par rapport à ce que j’avais imaginé.

Le sentiment de frustration est grand quand on ne parvient pas à créer quelque chose qui nous plaît, quand on n’obtient pas exactement ce qu’on avait imaginé : manque d’inspiration, ouvrage créé pour occuper nos mains ou nos têtes, manque de technique ou de réelle aptitude, manque de temps…

Alors, j’ai voulu redécouvrir certains de mes ouvrages, poser sur eux un regard neuf : trouver un angle différent, ajouter des éléments, revoir les formes, ajouter des points de broderie, et ainsi, pourquoi pas, leur donner une nouvelle vie.

J’ai donc fouillé dans mes tiroirs et ressorti tout un tas de broderies, pas terminées ou laissées de côté depuis longtemps.

J’ai fait 3 tas.

❶ Les créations à jeter

Ce sont les broderies vraiment ratées, les irrécupérables, les essais brodés sur des tissus moches, tous les visages brodés tordus, les coupons saturés de points de broderie, de fils dans tous les sens, les compositions affreuses. Les vraiment  pas montrables : qu’ai-je voulu faire avec cette silhouette disproportionnée aux couleurs éteintes ? Et cet horrible portrait ? Je suis presque gênée d’avoir fait des trucs si laids !
Alors, sans état d’âme, direct poubelle !

❷ Les créations à garder

Ce sont les broderies que j’aime, mes essais intéressants, les portraits brodés réussis, les couleurs bien accordées ou encore les broderies qui me rappellent un moment particulier… Celles-ci, je n’y touche pas.

❸ Les créations à améliorer

Elles peuvent être les plus intéressantes. Ces derniers mois, j’ai perfectionné mon style, amélioré mon geste, je tourne moins autour de mon sujet… C’est pour cela que je me dis que certaines anciennes broderies peuvent être « sauvées » : les non terminées mais prometteuses, celles qui ne nécessitent qu’un recadrage ou un à-plat de couleur pour avoir un vrai style… Ici, un point de piqûre pour remodeler une courbe, là un point blanc placé dans l’œil pour donner de l’éclat à un regard, ou encore une bordure pour structurer et donner un cadre.

J’ai placé tous ces ouvrages dans une pochette : je les retravaillerai dès que j’aurais un moment de libre. Et j’en ai sélectionné certains pour faire un avant/après.

 

C’est parti pour les avant/après !


Les toits de Paris

Avant
J’avais peint et brodé les toits de Paris sur une fine toile de coton (sûrement un vieux drap), avec les différentes nuances de gris et de bleus : les toits en zinc, les cheminées, les antennes, les fenêtres, la vie que l’on devine derrière ces fenêtres (le jaune de la fenêtre)… Toute cette architecture et ces couleurs que j’aime tant. Je ne sais plus vraiment pourquoi j’avais mis de côté cette broderie.

Après
Pour ne pas dénaturer le « tableau » (vous savez, le mieux…), j’ai simplement repassé sur les différentes lignes déjà brodées au fil noir pour souligner davantage les contours et affirmer le trait, placé plus de fils jaunes dans la fenêtre pour accentuer l’effet de soir qui tombe (et la lumière derrière la fenêtre), rehaussé quelques coloris avec un peu d’aquarelle. Les modifications sont subtiles, mais là encore j’ai eu peur d’en faire trop, et de perdre le côté «  croquis », avec les lignes un peu tordues, qui me plaît bien. Et puis, cette fois-ci, je n’ai pas fait de bordure de peur d’enfermer la broderie…

Broderie : les toits de Paris





Œil et lunettes
Avant
J’avais brodé ce morceau de lin au moment de ma période « œil ». J’aimais bien l’idée de broder des lunettes, moi qui déteste tant porter les miennes.

Après
J’ai appliqué davantage de fils marron pour mieux figurer l’écaille des montures (fils moulinés DMC de 2 coloris différents) et un contour au fil noir pour structurer l’ensemble.
Et toujours un point de feston pour la bordure : une ligne blanche, une ligne noire.

Broderie : œil aux lunettes avant/après


 

Portrait
Avant
Un dessin au feutre sur une toile, des touches d’encre noire pour les cheveux et des lignes verticales au passé plat dans un ton vert amande en laissant en réserve des «  bulles » à différents endroits pour laisser apparaître la toile.

Après
 J’ai brodé les « bulles » au passé plat et avec plusieurs coloris, j’ai aussi ajouté une ombre sur les paupières et tracé le contour des lèvres. En fait, les pastilles de couleur n’apportent rien à cette broderie et l’alourdissent plutôt, non ? (ceci dit, la différente dominante couleur sur les 2 photos n’aide pas non plus !).

Portrait brodé : avant/après

Trytique : 3 visages
Avant
J’aimais beaucoup l’idée de cases comme une BD, avec des cadrages serrés sur des visages. Et j’aimais bien la couleur bistre de la toile. Mais le format à l’horizontal n’est pas vraiment adapté : placer les cases les unes au-dessus des autres aurait été plus judicieux… D’ailleurs, en revoyant cette broderie, je sais bien que seules les 2 premières cases ne sont pas complètement ratées.

Après
J’ai repassé du fil noir sur les yeux et les sourcils, ajouté 2 petits points blancs sur les yeux du visage central, coloré la bouche à droite à l’aquarelle et ajouté une bordure au point de feston (une ligne blanche, une ligne noire) tout autour. Mais en fait, bof. C’était mieux avant !

Broderie : 3 visages sur une toile avant/après

Le taureau
Avant
J’avais utilisé davantage de peinture que de fil pour faire ce taureau : je voulais une ambiance très forte, avec des couleurs vives. Seuls quelques points de broderies rehaussaient le fond et l’animal, comme des touches de peinture à l’huile appliquées au pinceau : du noir, du rouge et du jaune.

Après
J’ai seulement ajouté quelques points de broderie ici ou là, et accentué le blanc des cornes avec du fil. J’ai laissé le fond avec toutes les nuances de couleurs fondues, alors je l’ai à peine touché. Pour finir, j’ai brodé une bordure au point de feston.

Taureau brodé : avant/après


dimanche 17 septembre 2017

Médaillons brodés

J'ai délaissé pour cette fois les coupons carrés ou rectangulaires et j'ai brodé des visages dans des cercles découpés dans du lin. Il est beaucoup plus difficile de réussir une composition dans un rond, surtout que je tiens à trouver des cadrages particuliers, sur des gestes ou une partie d’un corps, et dans un cercle cela donne souvent un résultat bizarre.
J’essaye de sortir de mes sujets de prédilection, à savoir les visages, mais y reviens sans cesse. Je suis moins à l’aise avec les motifs géométriques, la répétition de formes ou les frises...
Ces portraits brodés dans une forme ronde sont plus rapides à réaliser, car avec moins de surfaces à broder.

Médaillons brodés
Médaillons brodés
Médaillons brodés

La plupart du temps,je griffonne d’abord pour trouver un " cadrage " qui me plaît.

Ces " médaillons " mesurent environ 5 cm de diamètre. La difficulté est de conserver parfaitement la forme du cercle, ce que je ne parviens pas vraiment à faire : les fils tirés déforment la toile ainsi que le point de feston tout autour.

Méli mélo de médaillons brodés

Méli mélo de médaillons brodés


Médaillons brodés

Comme des médailles...

Médaillons brodés




Médaillons brodés

Médaillons brodés, broderie

Broderie dans un rond




Broderie dans un rond : broche

Broderie dans un rond

Broderie dans un rond

Je me suis lancée dans une série de portraits brodés, des médailles pour les mamans-copines, que je connais pour certaines depuis la petite section de maternelle de nos enfants. 




Portrait brodé : coiffure afro




Un nouveau portrait brodé de femme afro, que je n’ai pas tout à fait terminé : mais mon majeur gauche me supplie d’arrêter... (il est très écorché à cause de la pression de l’aiguille)... Je le reprendrai dans quelques temps, modifierai l’encadré noir ou appliquerai la broderie sur un tissu.
(Il faut aussi que je retouche le regard !)
Broderie femme afro





Broderie femme afro

Broderie femme afro

vendredi 8 septembre 2017

Nouvelle broderie : focus sur un geste

J’essaye de choisir des cadrages intéressants pour mes broderies : un geste, un mouvement, un détail... Ici, j’ai été inspirée par une photo vue dans Elle ou dans Vogue je ne sais plus :  c’est l’impression de perspective, le bras au premier plan qui m’a amusée. 

Broderie : femme aux bracelets
Broderie : femme aux bracelets


Je fais parfois de nombreux essais avant d’être satisfaite. Ici, quelques croquis avec des zones striées qui m’aident à me représenter le résultat en broderie.




Dessin préparatoire avant broderie